Randonnée Roumanie


Découverte de la Bucovine

Nous sommes le 1er juin 2008 et j’attends à l’aéroport un groupe de 4 personnes en provenance de France. Ce sont deux couples qui s’offrent un voyage d’une semaine en Bucovine pour fêter le départ à la retraite d’un d’entre eux. Je les reconnais très vite, avant qu’ils n’aient le temps de me voir avec mon panneau d’accueil. Ils ont tous les quatre la soixantaine et ont déjà revêtu leur tenu de randonneurs. Les présentations se font rapidement avec Bernard, Michelle, Michel et Monique. Deux choses me font plaisir en discutant avec eux. Ils ont plein de questions sur le Roumanie mais aucun préjugé, ils ont l’air toujours contant de ce qu’ils découvrent. Ce qui me fait vraîment plaisir c’est que ces gens qui sont tous les quatre à la retraite ont décidé de voyager deux fois par ans et ils ont choisi comme première destination mon pays.

roumanie randonnee sejour voyage tourisme

Avant le départ en train pour la Bucovine nous visitons le vieux quartier de Bucarest, il fait beau, c’est sympa mais je vois bien que mon groupe à des fourmis dans les jambes et souhaite surtout se retrouver dans les collines verdoyantes que dans une capitale agitée. A 21h00, nous partons per un train de nuit en direction de la Bucuvine dans le nord est de la Roumanie. je fais un petit topo sur le séjour a tout le monde puis pour être en forme le lendemain.

Nous arrivons dans une petite gare de Bucovine très tôt le matin pour une correspondance. le groupe me dit qu’ils n’ont pas tres bien dormit à cause des ronflement de Bernard mais je les trouve en bonne forme pour des gens qui n’ont pas dormis. Notre correspondance arrive en gare et c’est la que le dépaysement commence vraiment. Le train qui nous emmène à Moldovita est d’un autre age, fait des bruits pas possible en poussant des pointes à 10 ou15 Km/h. même si c’est un peu rustique, c’est le véhicule parfait pour s’imprégner de la région. Notre train se faufile entre les maisons en nous laissant découvrir une Bucovine qui s’éveil doucement. Les paysans vont aux champs, les chevaux transportent le foin…

randonnée roumanie séjour

Nous arrivons vers 9h00 a Moldovita ou nous prenons le petit déjeuné chez Viorica. C’est toujours pour moi un moment particulier de retrouver Viorica en début d’été, elle me raconte toutes les nouvelles du village et me serre dans ses bras comme si j’était sa fille. Le groupe est rassasié par le petit déjeuné campagnard de notre hôte. Après je lard, le pain, les oeufs, le miel, les confitures,les crêpes tout le monde est plus que rassasié. C’est toujours marrant de voir les français s’extasié devant le goût des bonnes choses retrouvées, en effet chez Viorica tout est fait maison et sent bon la campagne.

vers 10h30, nous partons vers le monastère de Moldovita par le collines. cette randonnée donne un aperçu en concentré de la vie rurale en roumanie. Les paysans sont très occupés notamment avec la première ramasse de foin mais ils trouvent toujours le temps de dire un petit bonjour et plus quand ils réalisent que ce sont des français qui randonnent chez eux. Arrivé au monastère de moldovita, les visiteurs sont soufflés par les fresques et leur état de conservation. Je laisse mes touristes aux soins de soeur tatiana qui qui leur donne les explications. Après une heure de visite je récupère mon groupe puis nous repartons chez Viorica par le village. Michel imite les eexplication de soeur tatiana dans un détail de termes techniques et avec l’accent, nous rions beaucoup au point que les gens de cette tranquille bourgade se retourne sur nous.

Quand nous arrivons chez Viorica, elle nous attend dans la pièce qui lui serre d’atelier pour peindre les oeufs. En effet notre hôte fait partie de la minorité hutule de langue slave qui perpétue cette jolie tradition. Monique et Michelle semblent fascinées et voudraient acheter tous les oeufs.

roumanie artisanat randonnée séjour découvrire voyage tourisme

Après un autre repas gargantuesque, je laisse le groupe se reposer et se promener dans le village, moi je reste discuter avec Viorica qui est très émue de marier bientôt sa fille.

Le lendemain, nous partons pour une balade à travers les collines en direction du Monastère de Sucevita. cette balade est vraiment Bucolique avec la traversée des hameaux perchés ou on voudrait s’arrêter pour ne plus repartir. Vers midi nous nous arrêtons dans une grande clairière pour déjeuner, reccueil les premières impressions, tous sont content et nostalgiques de se retrouver dans des campagnes qui ressemble à celles de leur enfance. Nous décidons de faire une petite sieste avant de repartir. En  continuant notre  chemin nous rencontrons des bûcherons au travail. Ils enlèvent les arbres avec des chevaux. Tout contant que nous les sortions un peu de leur routine, ils nous font une démonstration puis nous proposent un verre de Palinca l’alcool national Roumain qui tire à plus de 45°. Michel et Bernard acceptent volontiers mais il me faut déployer beaucoup de diplomatie et même mentir un peu pour expliquer le refus des femmes.

Vers 16h00 nous arrivons au monastère de Sucevita qui est mon préféré.c’est surtout son emplacement au milieu d’une nature préservé qui rend le site un peu surréaliste. Nous visitons le monastère tranquillement, je sens que le groupe ne souhaite pas trop d’explication techniques, nous profitons simplement de l beauté des lieux. Au point de rendez-vous, nous trouvons Mr Radu occupé avec un paysan à faire sortir des vaches d’un champ qui n’est pas le leure. C’est un vrais rodéo, les vaches ne veulent rien savoir

bucovine roumanie randonnée séjour voyage

En sortant, nous nous arrêtons boire une bière locale très douce dans un petit barre sur le bord de la route puis nous rejoignons notre chambre d’hôte.

La journée suivante, nous partons tôt après un petit déjeuné consistant pour une journée de marche dans la foret deBucovine. dès le départ, nous nous enfonçons dans une foret épaisse de tilleuls et de hêtres en longeant un ruisseau. Michel est connaisseur des plantes de la foret et nous fait un cour magistral très sympa, j’essaye de retenir les informations pour pouvoir les redonner à mes groupes suivants mais très vite je décroche un et je me laisse bercer par le marche et ses discours. Je réalise comme il est agréable de se faire guider. Plus nous progressons et plus nous nous enfonçons dans une foret de sapins ou les odeurs me semblent presque aussi importantes que ce que je vois. Soudains, un orage éclate alors que nous avons eu un très beau temps jusque là. Heureusement ca ne dure pas plus de 10 minutes mais nous sommes trempés. Nous décidons de nous sécher dans une petite clairière. Nous nous réchauffons au soleil quand un troupeau de moutons et de chèvres envahit la clairière. C’est un troupeau énorme qui bientôt nous entoure complètement. Il nous faut un bon quart d’heure avant d’arriver à nous extraire du piège. Il nous reste une petite hure de marche pour rejoindre Mr Radu qui doit nous attendre avec sa charrette. lorsque nous arrivons au point de rendez-vous, Mr radu est occupé avec un paysan à réunir un petit troupeau de vaches très excitées qui refusent d’obéir. Nous nous portons tout de suite à son aide mais avec notre peu d’experiance nous ne les aidons pas du tout. après un bonne demi heure de rodéo, le troupeau est enfin réuni et mis dans le bon champ. nous terminons le chemin vers Gura Humorului en charrette.Mr Radu nous raconte des anegdote sur toutes les personnes que nous croisons. Sur la dernière partie du chemin, c’est Bernard qui conduit la charrette sous les recommandations en roumain de Mr radu. Nous arrivons vers 17h00 chez Léonard et sa femme qui seront nos hôtes pour la soirée. Après la visite do monastère nous passons a table. J’adore être reçu chez Léonard. Il est prof de français et directeur de l’école du village. surtout c’est un érudi amoureux de sa région. dans un français parfait, il nous parle jusqu’à tard dans la nuit des traditions locales, des monastères, des minorités de Bucovine mais aussi de l’exode rurale et de la fermetures des écoles.

roumanie randonnée sejour tourisme

Nous disons aurevoir à Léonard de bon Matin puis nous nous dirigeons vers les mines de sel de Caciac pour une visite peu commune. nous franchisons une colline par la foret avant de déboucher sur un village tout en longueur ou réside la minorité polonaise. nous marchons encore une heure au milieu des maisons et des animaux. Nous arrivons à la saline dont l’exploitation date du XVIIIème siècle et a nécessité la venue de nombreux techniciens de l’empire des Habsbourg ce qui explique en parti le mélange local des cultures. La visite de cette incroyable mine qui abrite une chapelle monumentale des bains et une salle de balle et ou tout est fait de sel nous emmène 56 mètres sous les sol. De retour à la lumière du jour nous sommes un peu sonné.

Pour notre denier jour en Bucovine nous faisons une randonnée au milieu des village pour nous rendre jusqu’au monastère peint de Voronet qui est nommé également la sixtine de l’orient. Ce monastère fut construit en 1488 suite à une victoire d’Etienne le Grand conte les Ottomans. Sur les façades se succèdent des scènes bibliques monumentales ou le bleu domine, personne ne reste indifférent à la représentation du jugement dernier. après une dernière visite chez des artisans sculpteurs, nous prenons le train qui nous ramène à Bucarest. je n’ai pas vu le temps passé cette semaine et je suis enchantée de voir que mon groupe semble avoir adoré son séjour. e retour à Bucarest j’ai l’impression de venir d’un autre monde.

 randonnée roumanie séjour

 

Contact : Strada Icoanei nr. 97, sect. 2, 020 455 Bucuresti – ROMANIA / Telephone : Découverte de la Bucovine space+40 729 474 666 / Fax : +40 314 253 095 / Email : raluca@europe-active.com



Projet coménius 2009-2010 |
1 tour a pat |
Les voyages d'Esteban |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | runireland
| jrny
| lacharbonnerie